Début octobre, la Direction Diocésaine de l’Enseignement Catholique a organisé un séminaire adressé aux APS du diocèse.
Le thème, cette année était : « La Relation comme clé de la transmission de la foi », il s’inscrivait dans le cadre du travail entamé l’an dernier sur la Pédagogie divine.
Ce processus a commencé avec un temps d’écoute de la Parole de Dieu, une lectio divina. Le Père Luiz Henrique Ferreira nous a introduits dans le texte biblique. Il a fait comprendre l’importance des relations dans le ministère de Jésus. Il a ouvert son enseignement par un préliminaire lumineux : Dieu lui-même est dialogue. Il va ensuite approfondir comment Jésus se révèle dans sa condition de Fils de Dieu lors de ses rencontres où Il guérit et conduit ses interlocuteurs à la plénitude de la vie. Le père Luiz, à travers la parole, ouvrait ainsi des perspectives pratiques à notre action pastorale.
Vendredi après-midi, le père Louis-Marie Guitton, vicaire du diocèse de Toulon est intervenu sur le rôle de « L’animateur en pastorale face à la question de l’homosexualité ». Créée à l’image de Dieu, créée homme et femme, la personne humaine est faite pour la relation. C’est ainsi que la personne ne peut dire vraiment « mon bien » d’une manière humaine que lorsqu’elle apprend à dire « notre bien ». Pour qu’une relation soit vraiment humaine elle ne doit pas être bâtie sur l’émotivité. Une telle relation ne crée rien du tout. Elle ne fait jaillir en nous ni un nouveau bien, ni quelque chose de plus grand que nous-mêmes pas plus qu’une nouvelle plénitude. La véritable relation humaine doit se fonder sur le bien commun partagé, comme Aristote l’affirmait déjà dans son « Ethique à Nicomaque ». Le père Louis-Marie a ensuite donné des clés pour accompagner des personnes éprouvant une attirance homosexuelle. Son enseignement a été profondément humain et enrichissant.
La célébration eucharistique est ensuite venue nous nourrir. Le Père Paco, dans l’homélie, a tracé la voie de la chasteté comme chemin et gage de relations nouvelles. Ces relations nouvelles que, nous, APS sommes appelés à établir dans notre action pastorale. La journée s’est terminée par une veillée de prière. Grâce aux textes du Cantiques des Cantiques et à la musique jouée en toute beauté : violon, flûte et piano, nous avons continué à approfondir le mystère de la relation, la relation avec Dieu étant la source de toute autre.
Le lendemain, Florence Sans, master à l’Institut Jean-Paul II de Rome et monitrice de la méthode naturelle Billings, nous a donné des « clés pour l’accompagnement affectif des jeunes », comme un chemin de croissance. Nous sommes convenus sur l’urgence d’éduquer à la beauté et à la grandeur d’une sexualité qui fait grandir dans l’amour et dans la dignité. Cette certitude une fois posée, nous nous sommes arrêtés sur la problématique des abus sexuels et en particulier sur la pédophilie, c’est le Docteur neuropsychiatre Louis Masquin qui nous a éclairés sur ce sujet difficile. Dans une intervention aussi claire, percutante que subtile il a incité l’APS, face à la pédophilie à « définir, détecter, accompagner ».
Grâce à ce séminaire notre mission d’APS a pu s’enrichir de tous ces apports. Il nous a permis de plonger dans le regard de Jésus sur nos établissements scolaires et il nous a donné des outils pratiques pour avancer dans notre mission. Nous sommes repartis avec un nouvel élan, reconnaissants de ce temps partagé.

Cristina Sosa

APS , Ensemble Scolaire Saint-Jean II Montfavet